Entre le monde et l'écran
    Voir le monde
    Comprendre le monde
    Rêver le monde

mardi, novembre 07, 2006

Le soleil se couche sur Bamako

Il faut croire que je me promène rarement le nez en l’air, car c’est seulement en fin de semaine dernière que j’ai réalisé qu’il était possible de monter sur le toit de la maison où j’habite. Dimanche soir dernier, je suis donc montée là-haut photographier un coucher de soleil malien. Pour les photos, c’est ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici et ici.

5 Commentaires:

  • Sais-tu que s'ils n'ont pas de lumière de rue, il doit faire noir terrible le soir!?

    Par Blogger Danielle, le mardi, 07 novembre, 2006  

  • Mets-en ! Dernièrement, c'était la pleine lune, ça allait... Mais sinon, il y a des soirs où c'est très très sombre. Mais quelques personnes, au moins, ont des lumières à leur maison...

    Par Blogger Johanne, le mardi, 07 novembre, 2006  

  • Bonjour Johanne, Les photos sont tres belles en passant, et je remarque également que tu ne fais pas tellement une vie de routine,a chaque jour une nouvelle vie,et que les gens ont l'air d'etre tres familliers, en dehors de ce que les gens pensent c'est curieux, j'aurais aimer vivre une expérience semblable dans mon jeune age, mais manque d'audace.
    Pascal

    Par Anonymous Anonyme, le mardi, 07 novembre, 2006  

  • Allo Johanne,
    Les gens de cet ville
    gagne leur vie de quel facon?
    En passant tu as de très belle
    photo. On dirait que lorsque tu
    reviendra au Québec toute la famille n'aura plus de question
    a te poser, ils ont l'air à suivre
    ton histoire a tout les jours.

    Bye Josée V.

    Par Anonymous Anonyme, le mardi, 07 novembre, 2006  

  • Bon, je me suis trompée un peu, la pleine lune, c'était hier soir seulement... En tous cas, et sinon, disons que, quand même, c'est un peu la routine ici, je vais travailler tous les jours, mais comme je suis dans un nouveau pays, je remarque tous les jours des choses qui sont différentes du Canada.

    Et sinon, en général, les gens ici gagnent leur vie de toutes sortes de façons, un peu comme chez nous. Il y a des gens qui travaillent dans des bureaux, des administrateurs, des secrétaires, il y a aussi des entrepreneurs, qui achètent et vendent des terrains, il y a plein de petits commerçants, qui possèdent des épiceries, restaurants, studio de photo, cybercafé, etc. Il y a aussi beaucoup de femmes qui vendent des fruits sur le bord des rues, ou alors qui cuisinent du riz, des frites ou des petits beignets qu'ils vendent sur le bord de la rue... En fait, il y a toutes sortes de façons de gagner sa vie ici, et les gens sont assez imaginatifs. Comme le taux de chômage est assez élevé, les gens font de gros efforts pour avoir du travail. Par exemple, à l'édifice où je travaille, il y a des jeunes qui se présentent là-bas tous les jours dans l'espoir qu'on leur donne de petits contrats et, qu'un jour, on les embauche pour du plus long terme. Dans le bureau même où je travaille, il y a une dame qui vient tous les jours pour aider la secrétaire, sans être payée. La secrétaire la récompense en lui payant son dîner, des choses du genre. Mais la dame vient au travail tous les jours dans l'espoir que, si un poste s'ouvre, on pensera à elle...

    Par Blogger Johanne, le mercredi, 08 novembre, 2006  

Publier un commentaire

<< Accueil