Entre le monde et l'écran
    Voir le monde
    Comprendre le monde
    Rêver le monde

jeudi, novembre 23, 2006

Un sujet universel : les relations hommes-femmes

Pas plus tard que mardi, j’écrivais qu’il me manquait certains éléments pour bien comprendre pourquoi, d’un côté, les Maliens disent vouer un grand respect envers les femmes et, d’un autre côté, il est presque socialement accepté qu’un mari batte sa femme. Mais déjà, en début de semaine, quelques éléments susceptibles d’éclairer le sujet me sont apparus.

En effet, plus tôt cette semaine, un ami malien qui habite le quartier est venu faire un tour à la maison, comme il le fait plusieurs fois par semaine, question de s'assurer qu'on ne se sent pas trop perdues dans ce pays si différent du Canada. Puis un autre ami malien, que Nathalie a connu alors qu’il étudiait au Canada, est arrivé, accompagné de sa copine et d’un ami. Ils sont tous partis ensemble prendre un verre en ville. Tandis que je les regardais partir du pas de la porte avec notre gardien David, ce dernier m’a dit : “Maintenant, moi, bon, il y a quelque chose que je comprends pas. L’ami de Nathalie, c’est lequel des deux ?”

Parce qu’on utilise souvent, ici, le mot “ami” avec un sourire plein de sous-entendus, j’ai fini par comprendre qu’au Mali, le mot a deux sens. Il y a les amis qui “ne sont” que des amis, dans le sens où on l’entend au Canada. Et il y a les amis qui sont en fait des amoureux. Quand même, je voulais être certaine de bien comprendre la question de David, alors je lui ai demandé, sans détour : “Bon, David, quand tu parles de l’”ami” de Nathalie, tu parles en fait de son “amoureux”, c’est bien ça?
-Oui, c’est bien ça.
-Eh! bien, ni l’un ni l’autre n’est l’amoureux de Nathalie. Le premier est marié et sa femme vient d’ailleurs d’avoir une petite fille. Le deuxième est un très bon ami de Nathalie, mais il a déjà une amoureuse, et il n’y a absolument rien entre Nathalie et lui.
-Ah! bin ça c’est bizarre…
-Et pourquoi ?
-Bien… Quand un garçon passe plusieurs fois par semaine voir une fille, en général, ça veut dire quelque chose…
-Pourtant, ce ne sont que des amis…”

Mais au Mali, on ne croit pas en l’amitié entre un homme et une femme. L’homme et la femme, c’est comme l’huile et le feu, ça finit toujours par s’enflammer : c’est ce qu’on dit ici. Donc du moment où l’on voit assez régulièrement une fille avec le même garçon, les rumeurs se mettent à courir. Plusieurs personnes du voisinage se sont d’ailleurs informées auprès de David pour savoir qui exactement était avec qui. Comme quoi le potinage aussi, c’est universel !

“Mais, j’ai dit à David, comment peut-on croire que Nathalie est avec l’un d’eux, puisque le premier est marié et nouvellement père de famille, et que le second a déjà une amoureuse ?
-Ah, m’a dit David, ça veut rien dire, ça.”

Il est vrai d’ailleurs que, comme la polygamie est légale au Mali, un homme marié peut très bien continuer de rencontrer d’autres femmes et envisager un jour marier l’une d’elles, tout en restant marié à la première. La polygamie permet d’ailleurs à un homme de marier jusqu’à 4 femmes. Ainsi, qu’un homme porte un anneau au doigt ou pas, ça n’a aucune signification. Sur une femme, qu’elle soit mariée ou pas, plane toujours la menace qu’une nouvelle femme prenne place dans le décor. Il existe toujours la possibilité qu’une nouvelle femme s’installe à la maison. Et même si, en principe, un musulman peut prendre plusieurs femmes que dans la mesure où il saura aimer chacune également, la réalité est souvent bien différente. Il existe d’ailleurs un terme en bamanan qui permet de désigner “la préférée”…

À une Canadienne comme moi qui a beaucoup de mal à concevoir que la polygamie soit légale au Mali, on rétorque souvent que la polygamie est peut-être illégale au Canada, mais que ça ne l’empêche pas d’exister largement, de façon cachée. Ainsi, on me donne souvent l’exemple de tous ces hommes mariés qui prennent une ou des maîtresses, ou de ces femmes mariées qui prennent un ou des amants…

Mais si l’homme malien peut se permettre d’être parfois un peu volage sans se mettre à dos la société entière, sinon sa femme, l’infidélité chez la femme est grandement réprimandée. En effet, dans la tête d’un malien, une femme qui va voir ailleurs court toujours le risque de tomber enceinte d’un autre homme. Or, mettre un enfant au monde, assurer l’avenir familial, c’est un geste d’une grande valeur au Mali… et au contraire, il serait extrêmement humiliant pour un malien de voir sa femme accoucher d’un enfant qui n’est pas de lui. C’est peut-être ce qui explique que certains Maliens exercent un contrôle à outrance sur leur femme. C’est peut-être aussi ce qui explique que certains hommes se permettent de battre leur femme…

Au bout du compte, c’est sur la méfiance que se contruisent bien des couples maliens, semble-t-il...

3 Commentaires:

  • une bonne anthropologue que tu fais johanne! ton parcours de découvertes est vraiment intéressant! J'adore! Merci de voyager pour moi! :) hihi. Franchement, ton séjour est un apprentissage de l'autre de tous les jours. c'est vraiment passionnant. Continue surtout meme si on ne commente pas! tes discussions avec tes voisins sont vraiment intéressante. cest un vrai soap! la question est: comment moi je réagirais dans un tel contexte, à discuter ainsi avec tes voisins... hum.. je ne sais pas trop. Mais je te trouve franchement très diplomate et ouverte d'esprit. Bonne journée à toi! (comment c'était la rencontre avec mikaelle jean? Ils en ont parlé ce soir à la radio de radio-canne. Elle a parlé de l'excision je crois... lui as-tu parlé personnellement?)

    Par Blogger Marie-Alexandra, le jeudi, 23 novembre, 2006  

  • Salut Marie-Alexandra,

    Je suis contente que tu apprécies mes billets. Venant d'une vraie anthropologue, c'est encore plus valorisant ! Je dois avouer que, franchement, les aspects culturels m'intéressent vraiment beaucoup en tous cas ! Et c'est vrai que je continue d'apprendre tous les jours ici. J'ai de la chance en tous cas d'avoir développé une bonne relation avec le voisinage. On cause beaucoup, de choses et d'autres. Les gens de mon voisinage ont peu de diplômes, mais ils sont très curieux, ce qui nous permet d'avoir des conversations vraiment intéressantes. Mais j'avoue que parfois, c'est pas toujours évident de savoir comment réagir.

    Concernant Michaëlle Jean, tu vois que j'ai fait un billet sur le sujet maintenant. J'ai oublié de dire toutefois que j'ai eu la chance de la voir à l'Ambassade du Canada jeudi après-midi. Par contre, je n'ai pas pu lui parler, comme plein de gens étaient là à vouloir se faire photographier avec elle ou lui serrer la main...

    Pour l'exicsion, j'ai vu sur Internet qu'elle en avait parlé, effectivement, à l'Assemblée nationale. Ooooh, quel sujet tabou ici. Je prévois en parler très bientôt dans un billet en tous cas...

    Par Blogger Johanne, le vendredi, 24 novembre, 2006  

  • Je viens de lire ton petit mot du jour sur la visite de mikaelle Jean. Meme ici on a parlé de cette visite et de l'enthousiasme que ca a suscité auprès de la population. Ca va dans le sens de ce que toi aussi tu écris. C'est assez particulier en fait. Je comprends bien que ca doit te faire bizarre à toi présente sur les lieux avec le statut que tu as. Et puis, ce que tu dis va directement dans le meme sens des propos de la piece de théatre que j'ai vue l'autre jour qui parlait justement de l'ACDI, des coopérants, de leurs bonnes volontés, mais des fruits de leur travail qui sont souvent concrétisés dans le béton plutot que dans un développement concret de la population, d'une prise en main. Il faut que ca se sache... à bientot!

    Par Blogger Marie-Alexandra, le dimanche, 26 novembre, 2006  

Publier un commentaire

<< Accueil